LA PRONATION ET LE SKI 1/6 : Pourquoi la pronation est-elle importante en ski ?

Note : cet article est une traduction de l’article PRONATION 101.1 de David MacPhail. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

LA PRONATION EST-CE MAUVAIS ?

Patin La simple mention du mot pronation en ski évoque des images d’éffondrement des voûtes plantaires, des skis dérapants dans tous les sens et des skieurs dévalants les pistes hors de contrôle. Toutes les informations qui existent en ski aujourd’hui, que la pronation est en quelque sorte préjudiciable à une technique solide ne sont pas simplement fausse, elle sont sérieusement fausses.

Le problème est que la pronation a été tellement vilipendée qu’elle est comparée à quelque chose de mauvais. La pronation est vue comme mauvaise à tel point que lorsque les skieurs voient le mot pronation, ils détourne l’attention. Une fois qu’ils voient le mot pronation ils supposent que toute discussion qui suit va confirmer ce qu’ils savent déjà, ou du moins, ce qu’ils pensent qu’ils savent; que la pronation en ski est mauvaise et doit être évitée à tout prix.

“Le plus grand ennemi de la connaissance n’est pas l’ignorance, mais l’illusion de la connaissance.”
– Stephen Hawking

Vous avez probablement supposé que il y a de solides études scientifiques pour soutenir l’idée que la pronation est préjudiciable en ski. Il n’y en a pas dont je sois au courant. Ni, que je crois possible de soutenir une telle position avec des principes scientifiques sains et encore moins d’études bien faites. Si quelqu’un a connaissance de telles études, s’il vous plaît, qu’il me les transmette.

Alors, comment en sommes-nous arrivés là où nous en sommes aujourd’hui ?

Pour autant que j’ai été capable de vérifier, la pronation est devenue synonyme de blessures et d’effets néfastes sur les membres inférieurs lorsque le jogging est devenu important dans les années 70. Le Jogging a défini une nouvelle catégorie de coureurs avec un besoin perçu de chaussures spéciales. Avant l’introduction du jogging et des chaussures de jogging, courir se faisait avec des chaussures plates basiques.

Une des caractéristiques des chaussures de jogging est un talon plus haut que l’avant pied. Le talon est plus haut de 12 mm comparé à zéro mm pour des chaussures plates. On peut appeler cela la levée de talon. Élever le talon peut avoir pour effet d’allonger la foulée qui peut avoir comme conséquence l’augmentation de l’amplitude du pas, d’accélérer la phase de balancier et de frapper le sol avec le talon.

L’impact du talon avec le pied directeur en extension avec des chaussures de 8-12 mm de levée de talon et des talons évasés peut causer une sur-pronation dans laquelle l’arrière-pied roule trop vers l’intérieur par rapport à ce qui se passe dans le modèle d’impact du talon en pieds nus. Bien que la chaussure était la source de la sur-pronation, la solution est venue avec les supports de voûtes plantaires et d’orthèses prescrites pour retarder ou contrôler la pronation excessive.

Avec une courbe de croissance rapide de la pratique de la course à pied et l’augmentation des blessures associées, la pronation excessive comme cause ou contribuant à des blessures s’est transformée en un mode de pensée “toute sorte de pronation est mauvaise

LA CONNECTION AVEC LES CHAUSSURES DE SKI

C’est à peu près au moment où le Jogging décollait que j’ai commencé à modifier les chaussures de ski. Je cherchais une solution qui donnerait aux skieurs de l’angle (littéralement!). Quand j’ai lu un article dans “Runner’s world” sur les blessures en course à pied et les orthèses, j’ai pensé que j’avais trouvé la formule magique. J’ai commencé à faire des semelles moulées sur mesure pour les pieds des skieurs. A l’époque, je crois que j’étais l’un des rares dans le monde à faire des semelles personnalisées pour les skieurs.

J’étais en quelque sorte un pionnier. Beaucoup de skieurs ne juraient que par mes semelles. Mais à la fin des années 80, à mesure que ma connaissance en mécanique, biomécanique et physique du ski grandissait, je commençais à voir que le soutien de la voûte plantaire des skieurs avait le potentiel de compromettre l’équilibre et le contrôle, même si je ne savais pas exactement pourquoi. Aujourd’hui, je prends activement des mesures pour veiller à ce que rien sous la voûte plantaire n’agisse pour la soutenir que ce soit dans les chaussures de ski ou les patins à glace.

ALORS, QU’EST CE QUE LA PRONATION ?

Tout d’abord, la pronation est associée à la locomotion humaine qui implique le déplacement depuis une base de support dynamiquement équilibrée (BDSDE) vers une autre base de support dynamiquement équilibrée (BDSDE). Bien que les humains soit bipèdes, soutenir le corps sur une seul membre est appelée : “fonction monopède”. La fonction monopède est infiniment plus complexe que la fonction bipède. En fonction bipède la base de support est grande comparée à celle associée à la fonction monopède.

En fonction bipède, l’articulation de la cheville (l’articulation sous-astragalienne) qui permet au pied de pivoter autour de son axe longitudinal se trouve dans une position neutre ou proche du neutre. Une position neutre signifie que la plante du pied n’est ni inversée (tournée vers l’intérieur) ni éversée (tournée vers l’extérieur). Le pied peut tourner autour de son axe longitudinal d’environ 30 degrés en inversion et 20 degrés en eversion. Lorsque le membre inférieur est déchargé (CAD – dessus du sol), il est en supination maximum.

Voici ce que Robert G Colborne, Titulaire d’un doctorat en anatomie fonctionnelle avec une expertise dans le membre inférieur humain, en particulier en ce qui concerne la marche et d’autres formes de la locomotion humaine, a déclaré en 1991 dans une note qui m’était adressée au sujet de la pronation :

“Lorsque l’on prend une position monopède, la base de support est fortement réduite, et l‘équilibre sur le pied d’appui est contrôlé par les réactions posturales à travers la musculature. Le poids absolu porté par le pied est augmenté, et les arches sont comprimées. Elles sont soutenues par les tendons des mêmes muscles agissants pour contrôler le déplacement médial (intérieur) et latéral (extérieur) du corps sur un pied.

Les muscles postérieurs du tibia supportent la partie médiales de la voûte et compense le déplacement latéral (vers l’extérieur) du corps en produisant un moment d’inversion et de transfert de pression au côté latéral du pied. Le muscle long péronier latéral prend en charge la partie latérale de la voûte, et produit un moment d’éversion, ce qui augmente la pression sur le côté interne du pied pour contrebalancer le déplacement du pied vers l’intérieur.

Les muscles intrinsèques du pied agissent pour limiter la compression de la voûte plantaire, en travaillant collectivement comme une armature. Ils agissent, par ailleurs, pour stabiliser les têtes des métatarsiens et les orteils, et compléter l’activité des longs fléchisseurs des orteils “.

Est ce que cela ressemble à des voûtes plantaires effondrées ou un pied dysfonctionnel ? difficilement. En ski, la “face médiale”du pied extérieur dans un virage est la carre intérieure. Si la pronation conduit les forces à l’intérieur du virage, est-ce quelque chose que nous voulons stopper ? non. En ski, nous ne voulons pas simplement que le pied extérieur dans un virage soit en pronation. Nous voulons qu’il soit en pronation maximum.

Alors pourquoi la pronation est-elle importante en ski ?

Dr Colborne à nouveau :

Les mouvements médiaux (vers l’intérieur du corps) du Centre de pression du pied sont cruciaux pour le ski, étant donné qu’un ski tourne en réponse aux forces appliquées sur sa carre médiale (carre intérieure).”

Dans l’image ci-dessous le coureur Squelette est sur le point d’entrer en contact avec le sol avec son pied droit. Dans la position actuelle le pied est déchargé (au dessus du sol) et en supination maximum. Qu’est va-t-il se passer lorsque le pied entrera en contact avec le sol sur son côté extérieur ? Cela sera le sujet de mon prochain article.

pronation en ski 1 - squelette avant contact avec le sol - labo du skieur - Copie

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.