BIOMECANIQUE-SKI : La Pronation et la biomécanique du contrôle de la prise de carre

Note : cet article est une traduction de l’article PRONATION AND THE BIOMECHANICS OF EDGE CONTROL – PART 1 de David MacPhail. C’est donc lui qui s’exprime dans le “je” de cet article !

LA POSTURE BIPEDE

Le croquis ci-dessous de l’homme allumette est la représentation 23 A et 23 B du brevet américain n ° 5,265,350 (expiré) attribué à David Macphail. L’homme allumette sur la figure 23 A est engagé dans position simple avec une égale répartition du poids entre les pieds gauche droit. Ceci est appelé une position bipède (deux pieds). Le vecteur de force W émanant du Centre de gravité ou CDG est la «force perturbatrice» de la gravité. W est appelé “force perturbatrice” car elle tend à perturber l’équilibre de l’homme allumette et le renverser.

biomécanique-pronation-biomecanique controle prise de carre-ski-Labo du skieur

plans transversal-lateral-sagitalLa Gravité est une «force d’attraction», comme le magnétisme. Le CDG se situe là ou vous êtes par rapport à la surface d’appui, dans ce cas, le sol. Mais W ne représente pas la force appliquée au sol par l’homme allumette. La force appliquée se produit au niveau des points de contact du ou des pieds avec le sol. Sur la figure 23 A, La force perturbatrice W se situe à égale distance entre les deux pieds dans le plan transversal.

EN POSTURE NORMALE BIPEDE :

  • chaque pied supporte des proportions égales du poids du corps, en supposant des longueurs des jambes égales.
  • Environ 50% de la charge est supportée par le talon. Les 50% pour cent restants sont pris en charge par les têtes des longs métatarsiens.
  • La charge sur la tête du premier métatarsien (CAD la plante du pied intérieure) est 2 fois celle des têtes des quatre autre métatarsiens.
  • La répartition antéro-postérieure (d’avant en arrière) de la charge au niveau du pied est due à la position du CDG du corps au-dessus.
  • Le point sur le pied où le centre de la force appliquée semble agir est appelé le Centre de la pression ou CDP. Je dis «semble agir» parce que le CDP pourrait se situer quelque part dans la voûte plantaire.

ski-pied-metatarsiens-tete-labo du skieurDans la position bipède le Centre de pression CDP se trouve sur un axe qui passe par le centre du talon et la tête du 2e métatarsien (plante de pied). En patins à glace, il s’agit de l’axe du «point d’équilibre», sur lequel la lame est montée.

Les forces indiquées comme W2 sont les centres de la force de réaction du sol ou CDFRS qui s’opposent au centre de pression CDP.

CHAUSSURES DE SKI ET POSITION BIPEDE

Le petit secret de l’industrie de la chaussure est que les chaussures sont fabriquées sur des modèles qui se rapprochent de la forme du pied humain en posture bipède, debout sur deux pieds et sans bouger. Lorsque vous commencez à marcher dans une chaussure normale, les structures se déforment et distordent pour s’adapter aux changements de l’architecture du pied.

Les chaussures de ski sont pires. Non seulement elles correspondent à la forme de vos pieds et jambes en position bipède, mais elles empêchent l’utilisateur d’obtenir une base de support dynamiquement équilibrée sur un pied. Les revendications relatives au monde du ski sont : le fonctionnement du pied dans la chaussure de ski est optimal quand les articulations sont immobilisées et de préférence dans une position neutre. Dans une position neutre, les actions des articulations du pied, du genou et de la hanche sont limités à la flexion et l’extension avec le mouvement transversal et orbitale de la jambe au niveau de l’articulation de la hanche dans son amplitude de mouvement normale.

Toute une industrie a été établi par rapport à des méthodes d’immobilisation et de stabilisation du pied dans une position neutre avec des coques personnalisées, des chaussons personnalisés et des semelles et orthèses personnalisées qui restreignent considérablement ou empêchent la pronation.

L’EFFET INDIRECT D’EMPÊCHER LA PRONATION

L’effet indirect d’empêcher la pronation est que la position du CDG sur l’axe passant proche du centre du talon et de la tête du 2ème métatarsien devient fixe. Pour des raisons qui seront expliquées dans des articles à venir, cela peut avoir pour effet d’empêcher l’utilisateur d’être en mesure d‘établir la mécanique de verrouillage du contrôle de la prise de carre que les meilleurs skieurs utilisent et surtout une incapacité à établir une base de support dynamiquement stable sur laquelle se déplacer d’un ski à l’autre.

Recherches utilisées pour trouver cet article :biomécanique ski, laboratoire semelle orthopedique, virage en ski biomechanics

2 commentaires dans “BIOMECANIQUE-SKI : La Pronation et la biomécanique du contrôle de la prise de carre

  1. Bonjour,
    je découvre avec plaisir vos vidéos. Elles sont très intéressantes !!!!!!Je viens de m’abonner.
    Petite question : j’ai des semelles moulées à mon pied et je ne suis pas pronateur, est-ce un soucis ?
    Qu’en est il du réglage du canting, faut’il le laisser sur neutre ou le modifier si jambe en X ou en O ?
    Merci à vous, bien cordialement,
    Philippe

    1. Bonjour, Merci pour vos compliments 😉
      Je précise que je ne suis pas spécialiste du pied ni podologue et que mon avis est basé sur mon expérience personnelle, mes lectures, mes tests, mes compréhensions et mes résultats. L’article traduit de David Macphail, traite d’un sujet intéressant qui met le doigt sur le fait de bloquer le pied et ainsi empêcher sa pronation naturelle (qui participe de plus au mécanisme de verrouillage de la prise de carre). Donc si votre pied est bloqué une fois dans la chaussure avec la semelle et serrage, je ne pense pas que cela soit efficace. La cheville (la maléolle) doit pouvoir se déplacer de quelques milimètres sur ses 3 axes pour verrouiller le pied.
      Concernant le canting ou précisément le réglage de l’angle vertical du collier, je pense qu’il doit suivre la partie basse de la jambe pour respecter la morphologie du skieur dans ses prises d’équilibre. Le réglage se fait sans le chausson et collier fermé 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.