[Vidéo] – Faites-vous cette CONFUSION dans les flexions – AVEC et SANS

Salut les skieurs !

Dans cette nouvelle vidéo on vous parle de quelque chose d'essentiel pour contrôler les skis et le niveau de fatigue lors de vos séances de ski en évitant une confusion à propos des flexions.

Bon visionnage,

Morgan

Transcription de l'audio de la vidéo

Salut à tous, bienvenue dans cette nouvelle
vidéo!

Aujourd’hui on va vous parler des flexions.

Flexion de chevilles, genoux, hanches.

Et d’un point hyper important, c’est-à-dire
que en fait on se rend compte que, vous allez

comprendre à la fin de la vidéo, à quel
point on peut perdre le contrôle des skis

si on n’emploie pas les bonnes flexions
au bon moment et aussi à quel point on peut

plus se fatiguer si on fait trop d’une chose
ou pas assez d’une autre.

Donc on va vous parler de flexion de chevilles
rapidement, mais c’est surtout au niveau

des genoux et des hanches qu’on va se concentrer
sur cette vidéo aujourd’hui.

Alors, flexion de cheville, pour tout le monde,
c’est l’action d’amener le tibia vers

l’avant, voilà.

Donc là il y a vraiment une action musculaire,
des muscles qui sont à l’avant, pour amener

le corps dans une flexion de cheville.

C’est hyper important parce que c’est
ce qui va déterminer tout le reste.

Et dans la flexion de chevilles il n’y pas
que le fait de créer cette flexion mais aussi

de créer la tension, c’est-à-dire, de
maintenir cette flexion.

Voilà, ça c’est un point hyper important.

Je vous refais voir.

Maintenant on va s’attacher à la flexion
des genoux.

Le genou, quand on va fléchir le genou qu’est-ce
qu’il va se passer ? On a fléchi les chevilles,

quand on fléchit les genoux forcement on
se baisse, on descend.

Et enfin, quand on parle des hanches, on parle
de cette flexion.

Bien, nous ce dont on s’est rendu compte
au final c’est qu’il y avait une grosse

confusion entre fléchir les hanches pour
avoir une position dynamique, donc chevilles,

genoux, hanches, et on se rend compte au final
que les genoux n’ont pas beaucoup de flexion.

Les chevilles sont fléchies, les genoux pas
plus.

On revient droits, on fléchit les chevilles,
les genoux descendent un petit peu, hop, ça

suffit.

Et en fait, en suite ce n’est pas fléchir
plus les genoux qu’il faut faire, c’est

fléchir les hanches pour avoir cette position
dynamique centrée, et le point de repère

c’est d’avoir un appui reparti sur tout
le pied, rapidement.

Et souvent on confond de fléchir, au lieu
de faire ça, on fait ça.

Voilà, cette confusion pourquoi elle venait
? Parce que tout simplement quand on fléchit

les genoux pour descendre on fléchit aussi
les hanches.

Donc on se dit, mais là je fléchis les hanches,
sauf qu’on est en arrière, on force extrêmement

sur les quadriceps, on a notre poids qui est
reparti sur le talon et du coup on a un moins

bon contrôle de l’avant des skis, voilà
pourquoi je l’expliquais, le contrôle sur

l’avant des skis et la fatigue musculaire.

Donc ce qu’il faudra faire, on va skier
ensemble, on va démarrer ça, c’est fléchir

les chevilles, les genoux un tout petit peu,
et les hanches.

Voilà, et on va aller skier comme ça.

Allons-y, c’est parti.

Quand je démarre tout de suite je me mets
dans cette position, donc chevilles, genoux,

hanches, et là je ne commence pas comme ça
en fait.

Là je démarre, on va y aller en virage dérapé.

Ça c’est ce que je dois faire, et en fait
je vais me rendre compte là que si je fléchis

mes genoux je pars derrière et là je vais
commencer à me fatiguer.

Si je ne fais que fléchir les genoux là,
je pars derrière, je pars derrière, je me

fatigue et vous voyez mes skis comme, comme
ils peuvent bouger comme ça.

J’ai moins le contrôle.

Dès que je me redresse, c’est-à-dire que
je vais aller juste garder mes genoux ici

mais fléchir mes hanches, on va voir ce que
ça donne.

Là, voilà, je fléchis mes hanches sans
fléchir mes genoux, là j’ai tout le contrôle,

je ne suis vraiment pas fatigué et je sens
en fait le jeu d’équilibre qui se passe.

Là je fléchis les hanches et hop, et si
je recommence à faire l’erreur d’aller

là, hop, j’ai mes skis qui ont du mal à
tourner, parce qu’en fait, ils ont du mal

à travailler parce qu’en fait ils sont,
j’ai tout mon poids qui est sur l’arrière

des skis, j’ai du mal à travailler le ski
puisqu’il est fait pour travailler quand

on est centrés au milieu dessus.

Donc on va continuer, on va faire ça en mode
carving.

Maintenant c’est exactement pareil, surtout
qu’en carving on a envie d’engager des

fois, et le problème c’est qu’on va aller
chercher des flexions mais on va aller chercher

une flexion des genoux.

Alors si on la prend là maintenant, on se
fait asseoir derrière, on se fait asseoir

derrière et on se fait un peu éjecter.

Là on va le faire, ça va aller mieux.

Là si je m’assieds j’ai les pieds qui
ont envie de monter devant, en fait.

Vous voyez, hop, voilà.

Donc là on va le faire en mode carving mais
on va aller fléchir les hanches au moment

où on en a besoin.

Là on fléchit les hanches, là on fléchit
les hanches, là les hanches, là les hanches.

Et là je vais fléchir les genoux.

Et souvent le problème c’est que si à
ce moment-là du virage je décide de fléchir

les genoux je perds tout le contrôle, en
fait, je déplace mon centre de gravité vers

l’arrière, je perds le contrôle de mes
skis et ça ne marche plus du tout, vous voyez

ce qui se passe.

J’accompagne un peu l’exagération mais
je ne suis pas loin de la nature de ce qui

se passe.

pourquoi on a envie de, pourquoi
on fléchit au niveau reflexe, ça Arnaud pourra

en parler aussi pas mal parce que c’est
son domaine aussi, l’appréhension.

Tout simplement parce qu’on sait qu’il
faut aller mettre le centre de gravité là

pour envoyer du carving et en engager, et
le problème c’est qu’on envoie le centre

de gravité bas en allant vers l’intérieur
du virage et en fléchissant le buste, et

non pas en faisant ça.

Parce que si on a cette intention pour baisser
le centre de gravité on ne va pas vers l’intérieur,

on ne donne pas d’angle aux skis et on n’est
pas au bon endroit, alors que là, c’est

là le bon endroit, et on a besoin de ça
et non pas de ça pour se mettre derrière.

Donc on refait encore quelques virages, en
carving et en dérapage là-bas pour voir

les conséquences des deux.

Donc là je m’applique et là je vais en
arrière.

Et j’ai l’impression de fléchir les hanches
parce que je suis bien obligé de faire ça

pour être bien, mais c’est bien les genoux
que je fléchis trop.

On va le refaire là maintenant en virage
dérapé, brossé.

Donc là je m’applique, et là je vais en
arrière.

Voilà, c’est extrêmement épuisant pour
les cuisses et on perd du contrôle au niveau

des skis.

Donc voilà, c’était pour vous partager
ces deux points qui sont hyper, hyper importants

et dont on parle souvent pendant les stages
de ski, c’est pour ça qu’on vous le ramène,

parce qu’on passe beaucoup de temps à expliquer
tout ça.

Donc avec Arnaud on vous remercie d’avoir
suivi cette vidéo, si vous ne l’avez pas

déjà fait téléchargez le guide 7 conseils
et ses deux vidéos spéciales pour progresser

sur le lien qui s’affiche ici, et nous on
vous dit à bientôt dans la prochaine vidéo.

Ciao !