❌ Déclenchement du virage en ski : pourquoi nous ne recommandons pas l’EXTENSION (tous niveaux)

Transcription de l'audio de la vidéo

...et qu'est-ce qui se passe ? J'ai un phénomène de chute qui est beaucoup plus

important.
Et là, dès que je vais me relever, c'est

comme si je... Salut à tous, bienvenue dans
cette nouvelle vidéo, ça fait très

longtemps que j'ai pas fait de vidéo et
je profite de l'été sur une piste de ski,

à Pyrénées 2000, à la maison ! Donc, ce dont
je voudrais vous parler aujourd'hui,

c'est quelque chose que vivent tous les
skieurs surtout débutants, intermédiaires

et tentant de devenir très bons skieurs ou
skieurs experts... en fait,

comment on gère la notion de phénomènes de
gravité, on est sur une pente, la gravité

nous tire vers le bas de la pente donc
forcément, nous, on va à lutter contre ces

forces là, pour pas aller trop vite
vers le bas de la pente et, dans ce

contexte là, en ski, entre les virages,
on a certainement dû vous parler de

l'extension pour déclencher le virage.
Nous, on préfère parler de garder la

position de base, de garder la position
de base ici plutôt que de rouvrir cette

articulation et je vais vous montrer
pourquoi on vous préconise ça, vous allez

comprendre là, on n'est pas avec des
skis mais sur une piste de ski donc on a

les phénomènes qui sont avec nous, on va
pouvoir utiliser les forces en jeu, et sur

une piste de ski donc sans les skis, on
ressent beaucoup plus ce phénomène

parce que on a un pied qui ne fait que la
taille de son pied contrairement à un

ski donc on ressent beaucoup plus ce
phénomène et on s'imagine beaucoup plus

les conséquences que ça va avoir sur la
piste. Je vous fait une démonstration

je vais venir vers la caméra, comme si
j'étais à la transition entre deux

virages et je vais opérer ce qu'on va
appeler le redressement et

l'ouverture des articulations vers le
bas de la pente ce qui est

quand même vachement préconisé, ce que
moi je faisais au début aussi quand j'ai

appris à skier il n'y a pas si longtemps
que ça. Je vous précise que je suis sur

une piste classée rouge,
donc ça fait une bonne bleue rouge

sur sa pente la plus raide, donc ça tire
bien vers le bas. J'ai pu skier ici

souvent, même en faisant du slalom, je
peux vous garantir que cet endroit là, ça

tire vers le bas ! Donc voilà, on finit le
virage qui va à gauche,

là on traverse, je me redresse et je vais
là-bas, et là, pour m'arrêter

voilà pour m'arrêter, je dois vraiment
résister résister résister résister et

je sens que j'ai été
vraiment, mais, comme si on me tirer vers

le bas
donc on va recommencer et plutôt que de

faire une extension orientée vers le bas
de la pente

comme je vous disais au dessus avec
l'ouverture des articulations, surtout de

la hanche,
je vais vous faire voir ce que ça donne.

(j'étais là) si on fait juste, si on
maintient juste la position de base, je

vous rappelle la position de base,
on est fléchis chevilles, genoux, les

hanches aussi, là, et on va garder cette
position là et on va faire

comme si on faisait un virage. Alors, je
recommence, on y va, là, et là, je reste là

donc je vais beaucoup moins bas ! Je
reprends mon souffle...

donc qu'est ce que je remarque ? Que je
vais beaucoup moins bas, je descend

beaucoup moins mais surtout une chose
importante, c'est que, comme je reste là,

plutôt fléchi, j'ai accès tout de suite à
ces mouvements de pied qui vont

permettre de mettre les pieds comme ça
pour me retenir

alors que là, quand je reviens là, je suis
tout droit, je suis ouvert,

donc j'ai que l'inclinaison pour aller
mettre mes pieds comme ça et le temps de

faire tout ça et le temps de venir là,
c'est pour ça que je descend plus bas.

Donc je vous le rappelle là,
je reste là, alors rester là, ça veut dire

faire l'effort parce qu'on est dans une
pente

si je fais rien comme sur les skis, et
sur les skis c'est encore pire parce que

le ski glisse, je pars, mon corps part en
arrière parce que mes skis glissent plus,

donc là on a moins ce phénomène mais on
l'a un petit peu quand même.

Vous avez certainement dû descendre des
fois des montagnes ou du des collines ou

autre quand vous descendez de face vous
descendez toujours un petit peu en

arrière, comme ça, pour amortir là, ce qui
arrive donc vous êtes certainement

habitués à ça, et bien là, en ski, il va
falloir rester là, à l'équilibre,

au centrage pardon, pour
pouvoir actionner les pieds. Allez, on y va !

donc c'est ce dont je vous parlais,
allons-y, là, je reste là et hop

j'ai tout de suite accès à ça ! Voilà donc,
dans un autre point de vue, je pars d'ici,

on va voir la distance en mètres à peu
près on fera avec les pas de "avec" et

"sans", donc là je rouvre les
articulations, je reste bien droit et

ensuite je descends. Allez, c'est parti donc
je pars d'ici. Voilà, j'arrive ici. Je remonte.

C'était là, allez, et maintenant donc je
garde bien ma position de base, allons-y,

et là j'arrive ici, voilà, on a à peu près
deux mètres cinquante de différence

sur, je sais pas moi, à peu près 10 mètres donc
à faible vitesse, on va pas vite donc, à une vitesse

au dessus, on va perdre encore plus
d'altitude

et puis ça demande un effort là sur pied
pour contrer des forces alors que là ça

demande beaucoup moins d'efforts et
pourquoi ça demande beaucoup moins

d'efforts parce que quand je me relève,
j'ai accès à l'inclinaison de mes pieds

que par là, càd que, quand je suis face
carrément, contres les forces, je suis

face aux forces, forces de réaction du sol
par rapport la direction vers le bas

donc c'est violent d'un coup, alors que
quand je reste plus fléchi, j'ai accès à

mon inclinaison des pieds plus
rapidement et je peux commencer à

ralentir en haut du virage en
fait, là, et là, dés ici, choses que je ne

peux pas faire quand je suis là, là j'ai pas
accès donc je suis obligé de rebaisser

mon centre de gravité pour y avoir accès.
Donc là, ayant accès tout de suite

je peux étaler en fait la gestion de
cette pression du début quasiment à la

fin du virage. Alors, on peut dire oui
mais moi je skie en redressement et ça

va très bien, je skie très bien, c'est
super ! Je pense que c'est limité, cette

façon de voir la chose et c'est
expliqué par quelque chose, on va aller

voir ça un petit peu plus bas,
quand il y a moins de pente, on

n'a pas besoin, moins besoin pardon,
d'être ici

garder la position, je vais vous faire
voir. Pourquoi ? Parce qu'on sent moins

qu'on est tiré vers le bas mais je vous
garantis que, dès les bonnes pistes

bleues ou dès les rouges, on a ce
phénomène qui s'accentue donc on tourne,

les virages sont plus longs, donc on prend
plus de vitesse,

on a la sensation de ne pas pouvoir
contrôler et ça fatigue

bien plus les cuisses et autres muscles.
Donc on va aller sur une pente un petit

peu plus plate donc je dirais plutôt
piste verte et vous allez voir ce que ça

donne. On est arrivé sur, donc on est sur
la même piste, la skibob, ceux qui sont de

par ici la reconnaîtront. Donc sur cette
piste, on a une portion assez raide, là

haut un peu plus plate ici est un peu
plus raide plus loin et donc là on est

vraiment sur un profil de pente "vert",
et vous allez voir tout de suite, je vais

vous partagez que je peux rester assez
droit finalement .

Je me sens pas tiré vers le bas, je peux
gérer

donc j'ai pas besoin de... sauf si je
veux faire du ski un petit peu engagé,

avec des virages courts, effectivement, là
j'aurai besoin de mes amplitudes,

de ma flexion pour pouvoir vite mettre mes pieds
comme ça plus rapidement donc je vais

baisser mon centre de gravité donc, là
sur cette vidéo, on voit bien, donc c'est

un profil de piste pas très pentu mais
on voit bien l'importance de

l'engagement sur cette piste qui va
nécessiter d'être plus comme ça, parce

que je suis engagé, alors que là,
c'est plutôt du ski à la cool sur un

profil vert, voilà. Donc là, on va continuer
parce que la pente augmente donc si je

reste comme ça, là je commence à
sentir que y'a beaucoup de pression sur

mon pied extérieur et je sens que ...donc
là je vais avoir besoin de me mettre là tout de

suite voilà
et là je retrouve la gestion de la

descente en fait parce que je reste là
et je fais pas ça, qui nécessite de vite

après se grouper pour amortir toutes
ces pressions parce que en fait, quand on

est dans la pente, et là on y arrive, si à
la transition entre deux virages, je me

fais grand, droit, mon centre de gravité
augmente, me déconnecte du sol et

qu'est-ce qui se passe, j'ai un phénomène
de chute qui est beaucoup plus important.

Là mon centre est ici, de gravité, il est
peut-être, je sais pas, un mètre du sol et

là je ne le bouge pas

et là, dès que je vais me relever hop ... c'est comme si je tombais ! Et ça,

c'est pas du tout ce qu'on veut,
félicitations à la caméra woman, c'est

pas du tout ce qu'on veut quand on skie
surtout dans la pente

c'est à dire avoir cette sensation de
non maîtrise ou ouhlala je suis en train

de tomber
parce qu'évidemment le skis dans la

pente peut générer beaucoup
d'appréhension qu'elle soit

consciente ou inconsciente
donc ça, ça vous permettra de, aussi,

d'être beaucoup plus à l'aise sur les
amplitudes de mouvement et aussi, gérer

l'appréhension et gérer la vitesse !
Voilà j'étais content de vous partager

ça aujourd'hui ! Pour ceux qui ne l'ont pas
fait, n'oubliez pas de télécharger le

guide de la progression en ski, vous allez voir
les cinq erreurs qu'on peut faire

beaucoup de skieurs font et comment les
corriger et les cinq conseils essentiels

que je vous partage pour progresser le
plus rapidement le plus sereinement en

ski merci d'avoir suivi cette vidéo et
je vous dis à bientôt pour la prochaine